fbpx

Réouverture des restaurants : Bon Bon en parle

 dans la catégorie Actualités, Covid-19

La réouverture des restaurants a eu son lot d’énigmes pour tous les restaurateurs. Le restaurant Bon Bon à Bruxelles, a, comme toutes les enseignes, été très impacté par l’arrêt prolongé de son activité. Benoît Brochard, le responsable de salle, nous en parle. 

 

  • Bonjour Benoît, la réouverture des restaurants, vous la redoutiez ? 

Pas trop. Comme tout le secteur, je suppose. Mais les clients nous font confiance, ils savent que nous respectons les normes sanitaires, que nous avons tout mis en place pour assurer leur sécurité et leur permettre de passer un agréable moment chez nous. 

Depuis la réouverture, nous sommes complets, midi et soir ! Tous les jours. 

Tous les jours ?  

Oui, au sortir de cet arrêt prolongé, nous avons ouvert le Bon Bistrot. Désormais, nous sommes ouverts 7 jours/7.

La question, à la réouverture des restaurants, a dû être la même pour de nombreuses enseignes : comment on allait pouvoir compenser la baisse des rentrées, sans avoir de frais supplémentaires ? Chez Bon Bon, nous avons donc opéré quelques changements.

  • Nous faisons désormais le même menu midi et soir. 
  • Nous ouvrons tous les jours.
  • Nous avons réaménagé les espaces pour compenser la réduction des tables

C’est ainsi qu’est né le Bon Bistro. Nous travaillons avec les mêmes collaborateurs depuis des années. Nous voulions garder tout le monde, mais financièrement on ne pouvait pas se permettre sans générer plus de travail. 

Les deux enseignes partagent la même philosophie, mais sont complètement autonomes, avec deux équipes, et deux clientèles différentes.

Équipe Bon Bistrot

 

  • Vous parliez d’avoir réaménagé les espaces ?

Oui, les normes imposées à la réouverture des restaurants nous ont amené à nous réinventer, exploiter différemment chaque endroit du restaurant. À l’entrée nous avions un petit salon, avec table basse, banquette… Il y a désormais une table où je peux accueillir huit personnes. Cela permet de compenser un peu les places que nous avons dû supprimer en salle.

Nous avons bien sûr installé des distributeurs de gel. Et nous faisons rentrer une réservation à la fois dans le sas d’accueil. La carte des menus et des vins est déjà sur la table. 

  • Pensiez-vous avoir autant de succès, en prévision de la réouverture des restaurants ?

Les clients sont revenus car ils savent qu’on s’investit dans tout ce qu’on fait. On récolte ce que l’on sème. 

Nous avons toujours travaillé énormément avec un but clair et précis : faire plaisir au client. Les gens le savent, et répondent présents. 

Quand je les accueille, je les rassure et leur explique les règles sanitaires, je répète combien nous sommes ravis de les recevoir, et que derrière notre masque, se cache un grand sourire.

  • Qu’avez-vous mis en place côté réservation et cardex ?

La réservation est désormais obligatoire, le contexte l’oblige. C’est important de pouvoir contacter nos clients en cas de besoin, par rapport aux mesures sanitaires qui ont été mises en place. 

Nous avions envisagé un pré-paiement avant leur arrivée au restaurant, mais nous avons abandonné l’idée, au profit de l’empreinte bancaire. Elle est obligatoire, et les clients jouent le jeu. 

Côté cardex, tous nos fichiers clients sont à jour. Après chaque service, nous encodons les données : les repas que les gens ont choisis, eau plate ou pétillante… Mais on le faisait déjà avant le confinement. 

  • Avec toute cette énergie, Bon Bon nous mitonne d’autres projets, non ? 

Pendant le confinement, nous avons eu développé une activité de traiteur, qui a connu un très bel accueil. Et il y a toujours une forte demande, donc nous continuons.

Nous avons aussi un projet “Brigades volantes” en réflexion, pour cuisiner chez les gens. 

Nous avions ouvert une boulangerie, mais avec le confinement, nous avons mis ce projet en pause. 

 

Bref, oui, nous avons beaucoup d’idées, de projets. Il va évidemment falloir faire le tri parmi toutes les idées que nous avons, mais je ne m’inquiète pas trop pour l’avenir. Nous restons ancrés dans nos valeurs, et nous tenons la barre. 

Articles récents
Stratégie de prix responsable