fbpx

Omnivore 2018 : Guestonline partenaire de la Scène Avant-Garde, Luc Dubanchet nous dit tout

 dans la catégorie Actualités, Partenariats

Luc Dubanchet est le fondateur et directeur d’Omnivore. Pour la première année, Guestonline est partenaire de la Scène Avant-Garde du Festival. Nous serons accompagnés de nos ambassadeurs Sébastien Bras et Olivier Roellinger (du 4 au 6 mars 2018 à Paris). L’événement créé en 2003 a pour objectif de « penser la cuisine et la restauration avec un coup d’avance ». Luc Dubanchet nous parle du festival et de son lien avec les valeurs de Guestonline.

Qu’est-ce que la Scène Avant-Garde ?

Depuis 3 ans, cet espace défriche les idées, la réalité économico-sociétale de la restauration. On y invite des professionnels : des chefs mais aussi d’autres métiers comme des sociologues, penseurs, parties prenantes du milieu.

Les débats organisés visent à réfléchir ensemble sur les grandes thématiques de la restauration. Ce sont des espaces d’interrogation, de partages, d’interaction avec le public (la salle est disposée pour favoriser cela), pour aller vers une pensée construite sur ce beau milieu de la cuisine et de la restauration.

La Scène Avant-Garde est une composante forte du festival. Elle mène une réflexion de fond sur la manière de faire la cuisine et de la penser.

Comment sélectionnez-vous les thèmes abordés ?

Nous essayons d’être proches de la réalité, avec des thèmes intéressants pour le public. Nous abordons trois grands sujets cette année : les nouveaux modèles de la restauration, la relation de la cuisine avec l’environnement, l’engagement des chefs dans la société.

Chaque intervention sera l’occasion de développer bon nombre d’idées, au sein de ces grandes thématiques, avec, chaque fois, l’objectif de former et de se former, d’aider, de transmettre. Je tiens à une diversité d’approches, de ressentis, que les intervenants et spectateurs puissent s‘exprimer. La Scène Avant-Garde est un lieu d’expression ouvert et disruptif. Notre rôle est de questionner, de faire bouger.

Pour la première fois, la Scène Avant-Garde sera parrainée : pourquoi le choix de Guestonline ?

J’ai choisi Guestonline pour son indépendance.

L’outil proposé respecte les restaurateurs, respecte aussi leur indépendance, leur donne la capacité d’agir par eux-mêmes. La solution est sans commission et propose un vrai service derrière, une vraie technologie.

L’entreprise est transparente vis-à-vis de ses clients. J’aime cette manière très éthique de faire le métier.

Guestonline est également indépendante financièrement de grands groupes financiers, ses fondateurs sont facilement accessibles. Peu d’invités du festival Omnivore sont salariés, ils risquent leurs propres deniers pour leur propre travail ; comme les fondateurs de Guestonline.

Sébastien Bras et Olivier Roellinger représenteront Guestonline

Deux acteurs que l’on n’a plus besoin de présenter !

La famille Bras est un acteur majeur. Nous les suivons depuis longtemps. Michel a été honoré en 2006, Sébastien a été élu créateur de l’année en 2016.

Nous apprécions également leur indépendance. Ils développent une pensée par eux-mêmes, sont solides. Ce sont des précurseurs en termes de communication. Tout en restant attentifs à leur identité et en respectant leur terroir, leur story telling a essaimé à travers le monde.

Que pensez-vous de l’avènement des nouvelles technologies dans la restauration ?

Tous les aspects de la communication passent désormais par le digital et transforment la donne.

Une évolution (voire révolution), qu’elle soit technologique ou industrielle, apporte du positif. Les nouvelles technologies offrent des outils qui permettent à des gens parfois isolés de se connecter avec une cible plus large de consommateurs potentiels. Le numérique permet une accélération forte et parfois planétaire à des restaurants qui auraient mis plus de temps à émerger.

En contrepartie, l’interdépendance peut aller jusqu’à l’aliénation. On doit dès lors trouver l’équilibre entre l’apport et la dépendance créée.

Les nouvelles technologies améliorent certains services : pouvoir réserver en ligne n’importe quand avec un smartphone, être en mesure de garder le contact à l’issue du repas… Il se crée, autour des établissements, des communautés qui peuvent leur donner de la valeur si elles sont animées, et pas de manière factice. Il est important de s’adapter, de communiquer de façon éthique. Cela permet de se défendre et de surnager dans une grande mare de signaux. Le restaurateur ou l’hôtelier est maintenant un chef d’entreprise. Il doit se former et rester performant.

 

Un grand merci à Luc Dubanchet pour son témoignage éclairant. Rendez-vous est donné au Festival Omnivore : du 4 au 6 mars 2018 à la Maison de la Mutualité, 24 rue Saint Victor 75005 Paris

 

Articles récents